DRUMINY Marie-Aurelie

2 Commentaires

  1. La Bonne Fée
    9 juillet 2016 @ 12 h 51 min

    À votre avis, peut-on activer ces mécanismes de défense (ou certains) consciemment, volontairement ? Ou le fait d’en être conscient transforme le mécanisme de défense (qui serait donc exclusivement inconscient) en stratégie adaptative disons banale ?

    Prenons un exemple : être confronté-e à un deuil, et choisir de ne pas y penser, de se lancer dans l’ “activisme” de manière consciente et voulue, car on sait qu’on ne pourra pas gérer ce deuil en ce moment ?
    Autre exemple : le clivage qu’on retrouve dans les dynamiques de groupe, s’il est conscient c’est toujours un mécanisme de défense ou de la “simple” mauvaise foi ?

    • Marie-Aurelie
      9 juillet 2016 @ 16 h 13 min

      Un mécanisme de défense peut-il être conscient ? La question est intéressante car elle met le doigt sur la diversité de pensée en clinique. Pour certains auteurs oui, pour d’autres, bien plus nombreux, non. Et pour complexifier les choses, certains auteurs, par exemple Wallerstein, différencient les mécanismes de défense des manifestations du comportement de défense, manifestations qui peuvent être conscientes ou non.
      Bref.

      Je propose de retenir la définition de Ionescu, Jacquet et Lhote, dans l’ouvrage que je vous ai déjà conseillé mille fois :

      “Les mécanismes de défense sont des processus psychiques inconscients visant à réduire ou à annuler les effets désagréables des dangers réels ou imaginaires, en remaniant les réalités interne et/ou externe et dont les manifestations – comportements, idées ou affects – peuvent être inconscients ou conscients.”

      En résumé, le mécanisme est inconscient mais sa manifestation peut, elle, être consciente.
      Attention, tout n’est pas mécanisme de défense. Reprenons le cas de l’activisme face au deuil. Lorsque, face à un décès, on se dit consciemment, qu’il faut avancer, ne pas y penser, faire des choses pour s’occuper l’esprit, aller travailler etc…, nous ne sommes pas dans l’activisme mais bien dans une stratégie consciente mise en place pour gérer la violence du deuil.
      L’activisme va intervenir lorsque la personne va, par exemple, se mettre à faire beaucoup de sport sans forcément faire de lien avec le deuil.

      La question du clivage institutionnel est plus complexe et je pense que je la traiterai dans un article dédié mais pour faire court, le clivage répond à un mécanisme précis. Une équipe qui s’oppose n’est pas forcément une équipe clivée.

Laisser un commentaire

Share This